privés de déplacements en France, les supporters lillois en profitent et se régalent en Andalousie

Beaucoup sont arrivés il y a plusieurs jours, d’autres ne passeront que 24 heures à Séville. Mais les quelque 600 supporters du Losc présents dans la ville andalouse comptent se faire entendre, ensemble, mardi 2 novembre, dans le stade Ramon Sanchez-Pizjuan, pour le match retour entre les Dogues et les Rojiblancos à l’occasion de la 4e journée de Ligue des champions. Privés de déplacement en Ligue 1 en raison des incidents survenus à Lens, ils profitent d’autant plus de ce déplacement en terre andalouse. 

Attablés autour de quelques tapas à 14 heures, Max et Nico reprennent des forces : « On est partis à 6h30 de Lille, pour attraper un avion à Paris et arriver à Séville à la mi-journée ». Au soleil, les deux amis ne regrettent pas leur réveil aux aurores : « Il fait meilleur en automne ici qu’à Lille en été », plaisante Max.

La température assez douce, un peu plus de 20 degrés, a attiré plusieurs centaines d’autres supporters du Losc. « C’est une belle ville, il fait bon, c’était aussi un bon prétexte pour passer un week-end entre potes », glisse Guillaume. Avec ses amis, ils passent au total quatre jours à Séville : « On a un peu visité, mais on a aussi testé pas mal de bars », avouent-ils.

Comme eux, nombreux sont les supporters nordistes à avoir profité de leur jour férié, lundi, pour rallier l’Andalousie en avance et faire un peu de tourisme : « On a pu voir les processions de la Toussaint et leur ferveur, on a visité la cathédrale, la place d’Espagne… », explique Jean-Baptiste. César, étudiant, qui participe à un déplacement pour la première fois, est ravi de son voyage : « Je profite des vacances scolaires et c’est vraiment un beau moment de partage. J’étais déjà venu en Espagne, mais pas ici. Avec le foot, on découvre de nouveaux endroits ».  

#SEVLOSC ⚜️ pic.twitter.com/Q8bEZtMUn5

— Alex. (@alex_slwk) November 2, 2021

En raison des incidents survenus à Lens, lors du derby du Nord le 18 septembre, les supporters du Losc sont interdits de déplacements en Ligue 1 jusqu’au 31 décembre. « J’en veux à ceux qui ont fait les débiles à Lens. Ça m’a privé de faire le déplacement à Clermont et d’aller au Parc des Princes, alors que je vis à Paris et c’était un match que j’attendais », déplore Pierre, membre de la section de supporters des Dogues de Paris. 

Pour lui comme pour les autres, les matchs de Ligue des champions à l’extérieur sont donc leurs seules occasions d’aller supporter les Dogues loin de leurs bases. Alexandre, qui avait prévu de faire les 19 déplacements possibles en championnat, n’a pas hésité à venir en Andalousie, et pourrait aller à Wolfsburg : « Le budget que j’avais prévu pour la Ligue 1 est tombé à zéro donc je peux en profiter un peu plus ici. On est arrivés dimanche, donc ça fait des mini-vacances ». 

Quelques heures avant la rencontre, les supporters lillois se sont retrouvés, en fin d’après-midi, dans un pub de Séville pour retirer leurs places et partager quelques « cervezas » (bières en espagnol), qui ne valent pas celles du Nord selon les dires. L’ambiance, déjà bien joyeuse, s’est emballée lorsque Fernando D’Amico, ancien joueur des Dogues, a débarqué pour partager un verre avec les autres supporters.

L’Argentin, qui a disputé 132 matchs sous les couleurs du Losc, vit désormais à 200 kilomètres de la capitale andalouse et a fait le déplacement pour soutenir son ancien club, auquel il reste très attaché : « C’est extraordinaire de voir autant de monde ici avec une telle ambiance », lâche-t-il entre deux selfies.  

Fernando D’Amico, ancien joueur du Losc, est présent à Séville pour  encourager les Dogues. (Hortense Leblanc)

Alors que le Losc est presque contraint à la victoire s’il espère encore se qualifier pour la suite de la compétition, le résultat de la rencontre semble ne pas beaucoup importer à ses supporters : « Vu la situation sportive, on ne sait pas si on aura encore beaucoup de déplacements européens avec de l’enjeu, donc il faut profiter », témoigne Mathieu. Alexandre le rejoint : « Peu importe le score, on aura passé des super journées entre amis à découvrir Séville ».

Related Articles

A lire absolument