« On a montré qu’on avait faim », se réjouit Jonathan Ikoné

Après avoir tourné autour du pot contre Wolfsburg (0-0), rendu les armes face à Salzbourg (1-2) et déçu lors de sa troisième sortie (0-0), Lille a relevé la tête mardi 2 novembre. En déplacement à Séville, chez un adversaire qui les avait contraints au mutisme, les Dogues ont signé un succès crucial (2-1), qui les place position favorable au sein du groupe G en vue d’une qualification pour la phase finale.

“Franchement, c’est exceptionnel. J’attendais ce moment avec impatience. On y croyait depuis le départ et aujourd’hui c’est la confirmation [de ce qu’on est capable de faire]”, a réagi à chaud Jonathan Ikoné au micro de Canal +. Grâce à son but en deuxième période, le Losc a pu mettre fin à une série de 10 matchs sans victoire dans la plus prestigieuse compétition européenne, une disette qui durait depuis neuf ans et un déplacement chez les BATE Borisov en novembre 2012 (2-0).

Opportuniste, l’international français (4 sélections, 1 but) s’est montré le plus mordant après une frappe de son coéquipier Zeki Çelik repoussée par le poteau (51e) pour faire basculer la rencontre. “On a montré qu’on avait faim. Ça s’est joué à l’envie. On a su revenir pour marquer le deuxième”, a analysé ce dernier, trophée de meilleur joueur du match sous le coude. C’est la première fois de son histoire que le Losc réussit à remporter un match de C1 après avoir été mené au score.

Car la soirée avait plutôt mal commencé pour les Nordistes, refroidis par Lucas Ocampos dès la 15e minute après un contre favorable et un tir mal renvoyé. Tout semblait réuni pour un nouveau rendez-vous manqué. Trois minutes plus tard, l’arbitre de la rencontre a d’ailleurs refusé d’accorder un penalty après une faute quasi-incontestable sur Jonathan David (17e) dans la surface andalouse. Mais les Lillois ont gardé les ressources pour revenir au score, obtenant un penalty pourtant moins évident juste avant la pause (43e), transformé par Jonathan David.

« On avait besoin de refaire ce qu’on avait fait au Parc, mais en tenant 90 minutes. »

Jocelyn Gourvennec

en conférence de presse

En conférence de presse, Jocelyn Gourvennec a insisté sur la performance réalisée par ses joueurs : « On peut dire que c’est un exploit car ils sont intraitables chez eux (0 défaite à domicile cette saison avant mardi soir). Ils sont très durs à jouer et on a répondu présent ». Après avoir connu le scénario inverse contre Paris en Ligue 1 vendredi dernier (1-2), son équipe a rendu une nouvelle copie intéressante, en étant cette fois récompensée.

« On a montré une discipline collective associée à de l’efficacité. On est jamais sortis de notre match. On avait besoin de refaire ce qu’on avait fait au Parc, mais en tenant 90 minutes. Dans le vestiaire, il y avait de la joie, des sourires, mais pas d’euphorie », a tenu à ajouter le coach des Dogues, à qui il reste désormais deux matchs pour arracher une qualification pour la phase finale contre le leader Salzbourg (2 points d’avance) et à Wolfsburg, actuel 3e a égalité de points avec Lille. 

Avec Hortense Leblanc à Séville.

Related Articles

A lire absolument