le sacre de 84, le cauchemar de 93… Les Bleus au Parc des Princes en cinq dates marquantes

L’équipe de France peut d’ores et déjà valider son ticket pour la Coupe du monde 2022 face au Kazakhstan samedi 13 novembre. Un match initialement prévu au Stade de France puis délocalisé au Parc des Princes, un stade mythique pour les Tricolores. Entre le premier sacre d’une équipe de France à l’Euro en 1984 ou la désilusion face à la Bulgarie en 1993, retour sur les moments marquants des Bleus dans l’antre parisienne.

25 mai 1972 : inauguration du « Nouveau Parc »

Après 75 ans d’existence et une première rénovation en 1932, le Parc des Princes se refait à nouveau une beauté en 1972, sous les ordres de l’architecte Roger Taillibert. Une remise à neuf et une nouvelle capacité (50 000 places) qui contrastent avec un stade vétuste, amputé dès 1967 de deux tribunes à cause de la construction du périphérique. Pour sa première rencontre dans cette nouvelle enceinte modernisée aux tribunes rapprochées, l’équipe de France s’incline contre l’URSS (3-1) devant environ 35 000 spectateurs. Un baptème du feu manqué, entaché, en plus de la défaite, par les critiques émises par le public concernant le dispositif du stade et notamment la capacité réduite du parking, entraînant des problèmes de circulation.

L’équipe de France face à l’URSS pour l’inauguration du nouveau Parc des Princes le 25 mai 1972 à Paris. (STAFF / AFP)

18 novembre 1981 : Michel Platini délivre les Bleus face au Pays-Bas 

Le 18 novembre 1981, la France de Michel Hidalgo peut se qualifier pour le Mondial 82 en Espagne en cas de victoire face aux Néerlandais au Parc des Princes. Les Bleus dominent le premier acte sans pour autant parvenir à concrétiser au tableau d’affichage. 

Michel Platini face aux Pays-Bas avec l’équipe de France le 18 novembre au Parc des Princes. (GABRIEL DUVAL / AFP)

Ce soir-là, le sauveur s’appelle Michel Platini. Le joueur de l’AS Saint-Etienne délivre les siens à la 52e minute sur un superbe coup franc salvateur ne laissant aucune chance au gardien des Oranjes Van Breukelen. Didier Six scelle le score en fin de match permettant aux Tricolores d’éliminer (2-0) le finaliste des deux dernières Coupes du monde. Le Parc des Princes exulte.

27 juin 1984 : premier titre pour la France, le Parc en ébulition

Deux ans après son échec traumatisant face à la RFA (Allemagne de l’Ouest) en demi-finale de Coupe du Monde à Séville (3-3, 5 t.a.b à 4), la France de Michel Hidalgo, piquée dans son orgueil, peut se rattraper à domicile et remporter l’Euro 84. La chance tourne cette fois-ci du bon côté : les coéquipiers de Michel Platini profitent d’une erreur du gardien espagnol Arconada pour remporter la finale (2-0) et célébrer leur premier titre majeur devant une foule en liesse. Ce jour-là, le Parc des Princes accueille plus de 47 000 spectateurs.

Michel Hidalgo brandit la première Coupe d’Europe de l’équipe de France de son histoire le 27 juin 1984 au Parc des Princes à Paris. (Staff / AFP)

26 mars 1986 : les Tricolores font chuter l’Argentine, future championne du Monde

Le 26 mars 1986 face à l’Argentine, qui sera consacrée championne du monde trois mois plus tard à Mexico, les Bleus enflamment le Parc des Princes en dominant la rencontre avec brio. Pourtant, en face, le grand Diego Maradona est bien sur le pré avec ses complices Jorge Burruchaga, Jorge Valdano et consorts. Jean-Marc Ferreri ouvre le score de la tête sur un service de Luis Fernandez en première période et Philippe Vercruysse double la mise en fin de rencontre. Le match est plaisant et la qualité technique affichée par les Tricolores ravit le public à l’image de la talonnade de Luis Fernandez venue casser le pressing argentin, avant que Maxime Bossis s’offre un grand pont sur Oscar Ruggeri. Soirée de gala pour les Bleus.

17 novembre 1993 : soirée cauchemardesque au Parc des Princes

Le 17 novembre 1993, la France a quasiment un pied aux Etats-Unis pour la Coupe du monde 1994. Il lui suffit d’une victoire contre Israël ou d’un nul contre la Bulgarie pour se qualifier. Deux matchs à domicile pour deux désillusions marquantes. L’équipe de France, battue par Israël (3-2), se fait également surprendre par une équipe bulgare valeureuse portée par un grand Emil Kostadinov, buteur dans les derniers instants de la partie, suite à une frappe surpuissante venue enterrer tous les espoirs tricolores de s’envoler pour les Etats-Unis. La Bulgarie s’impose contre la France (2-1) et un silence glacial envahit le Parc des Princes. Les Bleus sont à terre.

L’équipe de France s’incline face à la Bulgarie le 17 novembre 1993 au Parc des Princes et ne valide pas son ticket pour la Coupe du monde. (AFP)

Related Articles

A lire absolument