arrivée inédite en Martinique, les ambitions de Cammas et Gabart, la belle histoire des sœurs Courtois… Ce qu’il faut savoir sur l’édition 2021

Le début d’une grande aventure. Dimanche 7 novembre, à partir de 13h27, 79 bateaux et 158 skippers vont s’élancer depuis le port du Havre pour participer à la 15e édition de la Transat Jacques Vabre. Une course synonyme de nouveauté (parcours remodelé et destination finale inédite), de compétitivité (plusieurs favoris dont le duo Cammas-Caudrelier), et de belles histoires (les sœurs Courtois, l’aventure de Clément Giraud). Franceinfo: sport fait le point sur tous les élements à connaître sur la course transatlantique en double.

Class40, Imoca, Ocean Fifty, Ultime… Quatre catégories et des voiliers différents

Quatre classes de voiliers prennent le départ de la course. Le Class40, monocoque de 40 pieds (12,19 m), a été introduit au début des années 2000 et a séduit de nombreux marins, amateurs comme professionnels, pour son rapport qualité-prix. L’Ocean Fifty est un multicoque de 50 pieds (15,24 m), pouvant atteindre des vitesses supérieures à 30 nœuds.

Le bateau multicoque « Les p’tits doudous » (Ocean Fifty) le 19 octobre 2021 à la Trinité-Sur-Mer. (PIERRE BOURAS / AFP)

Les Imoca mesurent 60 pieds, soit 18,288 mètres. Très larges par rapport à leur longueur, ils sont optimisés pour affronter des vents violents. Les Ultimes, regroupant les plus grands multicoques, sont très rapides et atteignent jusqu’à 32 m de long. Des géants des mers.

Cammas-Caudrelier pour une revanche, Le Cléac’h-Escoffier et Laperche-Gabart en embuscade

Ils sont les nouveaux géants des mers, les stars des flots. Dans la catégorie Ultime, le voilier Gitana 17, deuxième en 2017 avec Sébastien Josse et Thomas Rouxel, est désormais aux mains de Franck Cammas et Charles Caudrelier, qui comptent bien jouer la gagne. Le duo Cammas-Caudrelier reste sur de belles performances dont un titre à l’occasion de la Rolex Fastnet Race 2019, avec le record de l’épreuve en prime. Mais SVR Lazartigue, de Tom Laperche et François Gabart (vainqueur de l’édition 2015), est également un beau prétendant à la première place, tout comme Banque Populaire d’Armel Le Cléac’h et Kevin Escoffier, vainqueurs du Défi Azimut Ultim en septembre. 

Le Maxi Banque Populaire XI (@VoileBanquePop) skippé par Armel Le Cléac’h & @KevinEscoffier, baptisé par @TonyEstanguet, président du Comité d’organisation des @jeuxolympiques de @Paris2024 ! #TransatJacquesVabre | @LH_LeHavre | @RegionNormandie | @cmtMartinique pic.twitter.com/LCuJPUyMNh

— Transat Jacques Vabre (@TransatJV) November 3, 2021

En Imoca, Charlie Dalin, tenant du titre et désormais associé à Paul Meilhat sur Apivia, peut viser un doublé. En Ocean Fifty, le Britannique Sam Goodchild, premier au classement général du circuit Pro Ocean Tour (dédié à la classe Ocean Fifty) l’été dernier à bord du Leyton, peut viser haut pour cette course, en compagnie du Français Aymeric Chappellier. En Class40, le duo franco-espagnol Antoine Carpentier et Pablo Santurde del Arco a terminé troisième de la Normandy Channel Race (NCR) début juin, et peut réaliser une belle course.

Une course, trois chemins distincts pour une première

Pour cette édition 2021, outre la Manche et la traversée du Golfe de Gascogne, les bateaux n’emprunteront pas tous le même chemin. Avec 4600 milles marin à parcourir, la classe la moins rapide (Class40) héritera du chemin le plus court et devra passer par le Cap-Vert, sans passer par le Pot au noir (zone de convergence intertropicale) ni l’équateur, tandis que les Imoca et Multi50 (catégorie Ocean Fifty) longeront l’archipel brésilien Fernando de Noronha (5800 milles marin à parcourir). Les plus rapides (Ultimes) devront parcourir 7500 milles et descendre jusqu’à l’île de l’Ascension entre l’Afrique et l’Amérique du Sud.  

La Martinique, destination finale historique

Dans un contexte sanitaire contraint et différent en fonction des pays, pour la première fois depuis la création de l’épreuve, l’arrivée se fera en territoire français. Le point de chute se trouvera du côté de la Martinique, dans la baie de Fort-de-France. 

L’arrivée de la course était habituellement réservée aux pays sud-américains et notamment le Brésil pour des raisons historiques. En effet, cette course est surnommée « la route du café » car elle retrace l’itinéraire que les navires empruntaient aux XVIIIe et XIXe siècles pour exporter le café de l’Amérique du Sud jusqu’au port du Havre.   

Un petit voyage en @cmtMartinique le temps d’une photo, ça vous tente ? Rendez-vous dans le pavillon officiel #TransatJacquesVabre #RouteDuCafé | @LH_LeHavre | @RegionNormandie | @cmtMartinique pic.twitter.com/np6woIlHE0

— Transat Jacques Vabre (@TransatJV) November 1, 2021
Les sœurs Courtois, lauréates de l’opération « Cap pour elle »

Adeptes du triathlon longue distance, Julia et Jeanne Courtois sont jumelles et s’élanceront pour la première fois dans une telle course. Si elles ont baigné dans le monde de la voile depuis leur plus jeune âge, elles se sont peu à peu éloignées du milieu pour se consacrer à leurs études, Jeanne étant ingénieure et Julia pharmacienne.

Les deux sœurs sont surtout lauréates de l’opération « Cap pour elle » lancée le 8 mars à l’occasion de la journée internationale des Droits des Femmes. Cette initiative avait pour but de financer un projet porté par une femme pour traverser l’Atlantique (bourse de 40 000 €). Les jumelles, de par leur profil atypique et leurs connaissances dans la voile, ont décroché le gros lot. 

Clément Giraud avec son Bon Samaritain

Les courses transatlantiques, ce sont aussi des belles histoires. Le skippeur Clément Giraud n’avait pas pu participer à l’édition 2019 car son monocoque Imoca avait pris feu à six jours du départ, la faute à une pile au lithium défectueuse. Touché par cet incident et la situation du skipper, Erik Nigon, qui a déjà 10 Transats à son palmarès, a proposé au Toulonnais de lui prêter son 60 pieds pour le Vendée Globe l’année suivante. Aujourd’hui, Erik et Clément sont associés sur la Transat Jacques Vabre, à bord de La Compagnie du Lit / Jiliti. 

Une des belles histoires de cette #TransatJacquesVabre !
⛵️ 2 ans après l’incendie de son bateau dans le bassin Paul Vatine, @GiraudVendee est de retour au @LH_LeHavre avec Erik Nigon.

‣ https://t.co/1gLMKDZZnw#RouteDuCafé | @RegionNormandie | @cmtMartinique pic.twitter.com/FjiU9jY3WM

— Transat Jacques Vabre (@TransatJV) November 2, 2021

En parallèle, le bateau de Cément Giraud a été ressuscité par Louis Duc et Marie Tabarly, qui seront à bord du navire au départ de la course.

Related Articles

A lire absolument