série, opération et domination sans partage, les cinq dates du titre mondial de Fabio Quartararo

Promis au sacre depuis plusieurs semaines, Fabio Quartararo est allé au bout de son rêve. Le pilote tricolore est devenu, à 22 ans, le premier Français à décrocher un titre de champion du monde en MotoGP, dimanche 24 octobre, à l’issue du Grand Prix d’Emilie-Romagne.

Monstre de régularité, impressionnant de justesse et de maîtrise, même dans les courses durant lesquelles les conditions n’étaient pas réunies pour se mettre en valeur, il n’a pas laissé beaucoup de place au doute ou aux temps faibles durant sa saison 2021. Retour sur les cinq dates fondatrices de son titre.

4 avril, Grand Prix de Doha : la victoire dès la deuxième course

Fabio Quartararo débute sa première saison dans l’écurie officielle Yamaha par deux courses sur le circuit de Losail. Au Qatar, les Ducati sont favorites grâce à leur vitesse de pointe déterminante sur la longue ligne droite d’arrivée du circuit. Le Niçois est un temps en difficulté, ne pointe qu’à la neuvième place après sept tours.

Puis, son talent et la bonne gestion de ses pneumatiques font le reste. Le Niçois signe alors le plus beau récital de sa carrière jusqu’à déborder le leader Jorge Martin (Ducati) à trois boucles de l’arrivée. Il s’impose devant son compatriote Johann Zarco, pour le premier podium commun de deux Français depuis 1954.

2 mai, Grand Prix d’Espagne : le syndrome des loges, l’avertissement sans frais

Parti tambour battant sur une piste qu’il connaît par cœur depuis ses années juniors passées en championnat d’Espagne, Fabio Quartararo s’écroule sans crier gare à la mi-course. Sans faire de véritable erreur, le pilote Yamaha traîne sa misère et termine le Grand Prix à une surprenante 13e place. L’explication ne tarde pas à tomber : il fonce se mettre de la glace sur l’avant-bras dès sa descente de moto.

« Je n’avais plus de force, mon bras c’était de la pierre », explique-t-il au micro de Canal +. El Diablo est victime d’une rechute du syndrome des loges, une tétanisation musculaire pour laquelle il avait été opéré en 2019. Son nouveau passage au bloc est une réussite, il reprend deux semaines plus tard par une troisième place au Grand Prix de France.

30 mai, Grand Prix d’Italie : la passe de quatre en qualifications avant le one-man show

Les douleurs ne sont plus que de l’histoire ancienne. Fabio Quartararo est de retour à un très haut niveau sur le circuit du Mugello. Dès le samedi en qualifications, El Diablo frappe très fort avec une quatrième pole position de rang, « le meilleur tour de ma carrière » clame-t-il. Pas toujours le plus fort au départ, le Français puise cette fois une motivation ailleurs. Quelques heures plus tôt, Jason Dupasquier, jeune pilote suisse de 19 ans, décède des suites d’une chute lors des qualifications de Moto3. Quartararo l’expliquera, il a pensé à Dupasquier pendant toute la course, sa bonne étoile du jour. Il livre une démonstration et n’est jamais inquiété pour s’imposer avec plus de 2″5 d’avance. 

29 août, Grand Prix de Grande-Bretagne : le coup de grâce de Silverstone

Depuis son succès au Mugello, Fabio Quartararo a signé une nouvelle victoire et deux autres podiums pour accroître son avance au classement des pilotes. Sur le circuit mythique de Silverstone, il est dans son jardin malgré un froid étonnant pour la saison. Le Niçois, lui, est incandescent. Il enchaîne les chronos rapides et dépose l’Espagnol Pol Espargaro d’une manœuvre parfaite. Il ne sera plus jamais repris. Sa victoire est magistrale, son opération du jour capitale. Ses poursuivants passent tous au travers : « Pecco » Bagnaia finit très loin (14e), Johann Zarco ne fait guère mieux (11e), Joan Mir est un moyen 9e alors que les Espagnols Marc Marquez et Jorge Martin se sont sabordés dès le premier tour. Quartararo quitte la Grande-Bretagne avec 65 points d’avance, un matelas king-size qu’il a pu gérer de main de maître.

24 octobre, Grand Prix d’Emilie Romagne : le sacre français tant attendu 

Le jour de gloire pour « El Diablo ». Malgré un raté lors des qualifications et une quinzième place sur la grille de départ, le Français a réalisé une très belle remontée pour aller chercher la quatrième place sur le circuit de Misano. Surtout, il a profité de la chute de son grand rival Francesco Bagnaia à cinq tours de la fin. L’Italien, parti en pole position, a fait course en tête pendant 22 tours, subissant la pression de Marc Marquez tout le long. Fabio Quartararo offre une première victoire à Yamaha depuis 2015 et devient le troisième pilote le plus jeune à remporter un titre de champion du monde.

Related Articles

A lire absolument