« Priver l’Espagne du ballon, c’est impossible », prévient Didier Deschamps avant la finale

En visioconférence de presse, depuis le stade San Siro de Milan samedi 9 octobre, Didier Deschamps ne veut pas s’enflammer : « Si vous le pensez, oui, on est peut-être les favoris, mais on ne va pas s’autoproclamer comme tel. » À la veille de la finale de la Ligue des nations, qui se jouera dimanche entre l’équipe de France et l’Espagne, le sélectionneur des Bleus et Hugo Lloris ont participé à la traditionnelle conférence de presse d’avant-match.

Le temps d’évoquer la Roja, jeune sélection menée par Luis Enrique, qui a éliminé au forceps les champions d’Europe italiens mercredi soir (2-1). « C’est une équipe qui fait bien courir le ballon, avec un style de jeu basé sur la possession, les mouvements », a décrit Hugo Lloris, tandis que Deschamps a insisté sur le fait que « priver l’Espagne de ballon, c’est impossible. Lutter pour la possession, c’est déjà difficile. »

Face à la Roja, les Bleus pourraient donc courir une bonne partie de la rencontre, pour chercher à récupérer le cuir. Ce samedi, en fin d’après-midi, ils ont découvert la pelouse sur laquelle ils vont multiplier les courses. Sans Adrien Rabiot, testé positif au Covid-19 et qui est resté à Turin ce matin au moment du départ des tricolores pour Milan, les 21 joueurs français ont effectué une séance à huis clos pour préparer leur finale, après quinze minutes ouvertes à la presse.

Karim Benzema et Kylian Mbappé s’étirent lors du dernier entraînement de l’équipe de France avant la finale de la Ligue des nations, le 9 octobre au stade San Siro (FRANCK FIFE / AFP)

Le tout dans un stade San Siro vide, qui accueillera 37 000 personnes dimanche soir lors du match, dont 4 000 supporters français. Lors de cet entraînement, les Bleus ont travaillé leur système tactique. Le sélectionneur pourrait reconduire celui choisi face à la Belgique en demi-finale jeudi et face à la Finlande en septembre dernier, avec trois défenseurs. Un système qui pose notamment des questions sur le milieu de terrain à deux – avec Paul Pogba et très probablement Aurélien Tchouaméni – et sa capacité à aller gratter des ballons dans les pieds des Espagnols.

4000 supporters Français seront au Stade Giuseppe-Meazza demain lors de la Finale de la Nations League face à l’Espagne #FiersdetreBleus pic.twitter.com/htrHHeDrLz

— Equipe de France ⭐⭐ (@equipedefrance) October 9, 2021

« Le pressing peut être fait, mais pas n’importe comment parce qu’ils ont cette qualité individuelle et collective pour bien sortir les ballons. (…) Que l’Espagne ait plus le ballon, c’est fort probable, mais il faut faire en sorte qu’on l’ait le plus possible », a expliqué Deschamps. Et Lloris de confirmer : « À nous de ne pas faire de pressing désorganisé, de courir au bon moment, déclencher au bon moment, d’utiliser le ballon de la meilleure des manières. »

Car courir derrière le ballon, c’est y laisser des forces. Et avec trois jours de récupération, soit un de moins que les Espagnols, cela pourrait avoir un impact lors de la finale. « Entre quatre et cinq jours, ça ne fait pas trop la différence. Mais entre trois et quatre, oui. On essaie d’optimiser la récupération des joueurs. Mais ce ne sera pas une excuse de notre côté », a prévenu Deschamps.

Les Bleus ont participé à leur dernière séance d’entraînement de ce rassemblement, avec décontraction, comme vendredi, avant cette finale face à l’Espagne. Qui leur permettrait de remporter un nouveau titre continental.

Related Articles

A lire absolument