à 1 000 jours des Jeux olympiques, les légendes du sport lancent le compte à rebours sur franceinfo

Autour de Nathalie Iannetta, directrice des sports de Radio France, et de Jacques Vendroux : Marie-José Pérec (athlétisme), Michel Platini (football), Bernard Hinault (cyclisme), Alain Prost (Formule 1) et Serge Blanco (rugby). Mais aussi, le temps d’une intervention à distance, le chanteur et ex numéro 1 du tennis français Yannick Noah. Une rencontre inédite de six grands noms du sport réunis à l’initiative de franceinfo à tout juste 1 000 jours des Jeux olympiques à Paris pour évoquer les séquences fortes de leur carrière respective et commenter l’actualité sportive.

« Les souvenirs engendrent les rêves de demain, sourit Serge Blanco. Donc, j’espère que les gens reconnaîtront un petit peu ce que ce que nous avons fait, même si c’était pour s’amuser. Et surtout qu’on retrouvera d’autres grands champions. » Avant de saluer les belles qualités personnelles d’Antoine Dupont, récemment nommé capitaine par intérim du XV de France.

Michel Platini confiera de son côté un peu plus tard qu’à remonter dans le temps et à changer quelque chose, il n’aurait pas été footballeur : « Pas sûr que j’irais à dix ans dans un centre de formation », confie-t-il. Même son de cloche chez le pilote Alain Prost :

« Aujourd’hui, jamais je ne pourrais prétendre à faire de la Formule 1 compte tenu d’où je viens socialement. Il faut trop de moyens pour cela désormais. »

Alain Prost

à franceinfo

Sur le succès et la célébrité, chacun se retranche humblement derrière ses performances. « L’athlétisme, souligne ainsi Marie-José Pérec, est un sport où l’on peut mesurer et donc comparer les performances. Les gamins ne me connaissent pas mais quand ils savent que j’ai couru le 400 m en 48 »25, leurs visages changent. »

L’athlète se rémémore ses souvenirs de J.O : « Je crois qu’on était tous habités par quelque chose. Lorsque l’on fait du sport, on donne du bonheur aux gens et on le sent lorsqu’on sort dehors, lorsqu’on regarde les yeux des gens. J’avais bien pris cette mesure là et c’est grâce à cela que l’on peut accomplir ce genre d’exploit. »

Absent parce que de retour au Cameroun, Yannick Noah a laissé un petit message dans une courte vidéo. « Salut les amis, c’est Yann. J’espère que vous allez bien. Je ne peux pas être avec vous là aujourd’hui mais je suis fan de vous tous… » Pour saluer chacun, ensuite, dans un émouvant hommage. Tant à Marie-Jo, sa « sister » qui l’a fait « chialer à Atlanta », qu’à, par exemple, Bernard Hinno « qui avait tout compris ».

Related Articles

A lire absolument